Le KYC késako ?

Le KYC, plus qu’une contrainte réglementaire, un enjeu business pour les banques et assurances à l’heure du digital.

Le KYC (Know Your Customer) est plus que jamais un enjeu majeur pour les sociétés financières, en particulier dans le cadre d’une entrée en relation avec le client.

Pour les sociétés financières, telles que les banques ou les assurances, le KYC correspond aux process permettant de collecter un ensemble d’informations pour mieux identifier les clients, les protéger contre l’usurpation d’identité et les risques éventuels de blanchiment d’argent ou de fraude.

Dans le cadre d’une entrée en relation, il s’agit de recueillir l’ensemble des informations nécessaires à la contractualisation (par ex : sur l’identité du client ; ses données personnelles et patrimoniales)

Le KYC répond à 3 objectifs principaux :

1. Vérifier la complétude du dossier client 

Cela implique le contrôle des informations et pièces justificatives nécessaires à l’ouverture du produit ou du service financier.

2. Valider la conformité des informations

Il s’agit de l’ensemble des contrôles effectués sur la base des informations fournies par le client et du produit souscrit (fichiers Banque de France, TRACFIN…)

3. Contrôler la fiabilité des pièces justificatives

Il s’agit de contrôler la validité d’une pièce d’identité par exemple, la cohérence des données clients, le respect des zones d’informations sur les documents normés comme un passeport…

Vous l’avez compris, le KYC répond à l’enjeu de fiabilisation de la collecte des données clients, surtout quand les process de souscriptions sont de plus en plus digitalisés.

Mais le KYC, dans le cadre d’une souscription digitale, est aussi un enjeu business :

Il existe des solutions KYC innovantes qui permettent de ne pas nuire à la fluidité de l’expérience client avec la capture (en prenant en photo son RIB par exemple) et le contrôle des pièces en temps réel. De ce fait, les délais d’activation des services fournis sont considérablement réduits (plus besoin d’attendre son dossier client envoyé par la poste, la validation peut se réaliser quasi instantanément).

De plus, en interne, ces solutions KYC apportent aux équipes back-office un gain de temps non négligeable en automatisant un grand nombre de contrôles et en offrant une synthèse regroupant «le niveau d’indice de confiance » par pièce du dossier client. Les équipes back-office bénéficient ainsi d’un véritable outil d’aide à la décision.

Pour les forces de ventes, dans le cadre d’une souscription digitale en face à face, ces solutions KYC permettent de préparer et de fiabiliser le dossier client.

Ainsi, grâce à ces solutions, on sécurise les ventes quel que soit le canal de distribution et on optimise la satisfaction client.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *