Immobilier 3.0 : Retour sur le Congrès FNAIM

À l’heure où la réservation d’une chambre sur Airbnb et Booking ne prend que quelques clics, où l’ubérisation a profondément changé nos modes de consommation ; UN secteur n’a pas changé.

Louer ou acheter un bien est toujours le parcours du combattant. En d’autres termes, le secteur de l’immobilier ressemble encore à ce village d’irréductible gaulois face à la transformation digitale. 

En réalité, pas tout à fait !

Pour sa 70ème édition, La FNAIM a choisi un lieu d’exception : le Carrousel du Louvre.

A l’image de ce monument emblématique, la sélection des exposants a fait la part belle à la nouvelle génération d’entreprises innovantes. Durant ces deux jours de marathon immobilier, l’espace Delorme (espace réservé au Starts-ups) fut le centre de l’agent immobilier 2.0.

Un contexte propice à l’innovation

2017 fut une année faste pour l’immobilier en France, et les chiffres de 2018 continuent sur cette lancée. Avec une hausse de 42% des ventes en l’espace de 3 ans, le secteur retrouve son dynamisme de 2007.  Ce bel horizon est confirmé par l’adoption de la Loi Elan.

Du discours du Ministre du logement, Julien Denormandie, aux différents ateliers proposés, son adoption est source de simplification administrative pour l’agent immobilier en ouvrant les dernières limitées à la transformation digitale.  En supprimant la mention manuscrite, la loi permet de totalement dématérialiser les processus de contractualisation, dont la signature, entraînant un gain de temps et d’argent pour le professionnel et le particulier.

De plus, les nouvelles obligations en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme LCB-FT ont été au coeur de nombreux échanges. En effet, le secteur immobilier a dorénavant  un devoir de vigilance sur les contrôles d’identité et justificatifs donnés.

Heureusement les start-ups n’ont pas attendu cette loi pour concevoir des services toujours plus innovants et disruptifs en matière d’immobilier.

Les 3 innovations majeurs

« Bien plus qu’une opportunité, les nouvelles technologies digitales sont perçues par les professionnels immobiliers comme LE levier qui leur permettra de se renouveler et de devenir plus que jamais incontournables » constate Stéphanie Pécault, Responsable des études chez Logic-Immo.com (Non présente sur le salon).

Il faut le reconnaître, la gestion administrative entre les acquéreurs, propriétaires et professionnels de l’immobilier est lourde et fastidieuse. Encore papiers pour nombre d’acteurs, elle représente une large part du temps de travail au détriment de la relation client, qui tend, a contrario, à être plus exigeante.

A travers cet enjeux, un tissu de start-up se sont développées.

  1. Les Start-up de la DATA s’invitent dans l’immobilier

Les start-ups de la Smart City ont toujours le vent en poupe. Mathématisant nos espaces de vie, ils proposent des services précis et qualificatifs maintenant accessible aux professionnels de l’immobilier.

Des start-ups comme Bon de Visite ou CityScan mettent à leur disposition des solutions de smart DATA permettant une expertise approfondie d’un bien et de sa géo location, revalorisant et disruptant l’estimation des biens.

Dans un tout autre registre, AIVONI utilise la DATA à des fins de web-marketing. En collectant de la data qualifiée sur le net, il créait des sites personnalisés en fonction des besoins des professionnels.

Comme toujours la DATA est multiforme et peut-être envisagée de diverses manières.  Dans ces cas, elle apporte des services complémentaires. Ces derniers, même sans utiliser de data, ont été fortement représentés lors du salon.

  1. Une relation client étendue et qualitative grâce aux services additionnels

Ils sont longtemps été la marque de fabrique des hôtels de luxe. Ils font depuis peu un malheur sur Airbnb et arrive maintenant dans l’immobilier : les conciergeries.

Déménager est souvent une période de stress pour le particulier car il faut gérer ses cartons mais surtout ses abonnements auprès de ses fournisseurs d’électricité, téléphonique et autres. Des start-ups comme Papernest ou Sélectra s’occupent de toutes ces formalités à la place du particulier.

En proposant ce service aux professionnels de l’immobilier, ils s’ouvrent à de nouvelles opportunités aux professionnels de l’immobilier. Leur rôle de ces derniers se trouve étendu à de nouvelles fonctions à valeur ajouté pour la relation client : l’accompagnement.

Bien que la mise en avant des services additionnels permet d’entrevoir le futur de la profession, ce sont les nouveaux logiciels touchant au cœur du métier qui donne le ton de l’immobilier 3.0.

  1. Le coup de cœur de Vialink : les logiciels de gestion 

Fini le logiciel froid, complexe à utiliser et en silo. Bonjour les nouvelles applications transversales qui permettent de gérer la relation client (acquéreur ou/et propriétaire) de la prise de contact, à la vie locative tout en passant par la signature de divers contrats.

Dans ce domaine, les start-ups rivalisent d’idées pour faciliter le travail du professionnel de l’immobilier. De l’agenda électronique partagé créé par Intuimo, aux applications de gestion administrative comme Tylto, en passant par des logiciels de gestion d’état des lieux par Homepad, ou des éditeurs de logiciels de webmarketing, le panel des innovations est large. La grande gagnante de ce melting pot reste la signature électronique portée notamment par la loi Elan.

A contrario, un sujet a été peu développé lors de ce congrès. Or il est d’un enjeu majeur : le contrôle documentaire. Long à constituer pour le particulier comme il l’est à vérifier pour le professionnel de l’immobilier, le contrôle documentaire peut vite devenir un poids pour la relation client. A travers son offre de KYC + SIGN, Vialink répond à ce problème.

En 10 secondes, notre solution en API analyse la complétude des dossiers, l’exactitude des pièces fournies de manière unitaire, croisée ainsi qu’avec des bases de données externes. Cette solution maniable pouvant être utilisée en agence, comme être mise à la disposition du client permet d’assurer la transparence et la sécurité de vos transactions, avant l’utilisation de notre signature électronique. KYC + SIGN optimise la relation client en automatisant les tâches fastidieuses, permettant ainsi un gain de temps. Dès lors le professionnel de l’immobilier retrouve son véritable rôle :  celui de conseiller. 

Cet article vous a plu, un webinar est en préparation !

Stay Tuned

La FNAIM en bref

L’immobilier s’ouvre à de belles opportunités. La transformation digitale tend à redonner sens au rôle du professionnel. Ainsi ce secteur pourrait devenir un exemple d’une digitalisation intelligente, où l’humain est au cœur des enjeux et le digital son outil.

1. []

Banque & Innovation 2018 | Le Grand Prix

Le 16 Octobre, Banque et Innovation 2018 a fait un panorama des dernières innovations technologiques modelant le domaine bancaire. Chaque année le Grand Prix Banque & Innovation récompense les entreprises et les produits les plus innovants du marché. Pour cette édition 2018, VIALINK et Docapost ont remporté ensemble Le Grand Prix du salon, catégorie Relation Client pour l’offre KYC 360°. Lire la suite

Retrouvez-nous à Banque & Innovation 2018 !

Banque et Innovation 2018 vous accueillera le 16 Octobre, au Pavillon d’Armenonville. Cette édition 2018 sera l’occasion de découvrir les dernières innovations technologiques qui modèlent le domaine bancaire. Le digital, l’IA ou le Machine Learning sont des technologies  permettant de transformer profondément les entreprises pour une satisfaction totale des clients, présents et futurs. Lire la suite

Crypto-monnaie & KYC | Webinar | 13 Septembre 2018

Les procédures KYC sont devenues la norme en matière de contrôle identitaire et protection des données. Elles viennent en appui du projet de loi « Pacte », qui reprend les exigences dictées par l’AMF (Autorité des Marchés Financiers). Les levées de fonds (ICO) en crypto-monnaie n’échappent pas à la règle, c’est pourquoi leur encadrement légal est nécessaire.

Afin de mieux comprendre et de partager sur la question de la  réglementation KYC pour les ICO, nous allons réaliser un webinar dédié à cette thématique sur notre chaîne « Les matins de l’innovation », » le jeudi 13 septembre avec le retour d’expérience de Olivier Alirol, CEO Blue Horizon et William Bader, CMO de Vialink. Ce webinar de rentrée aura pour thème « Crypto-monnaie et KYC : les procédures de reconnaissance client au service de l’ICO » 

Inscrivez-vous vite : ICI

ICO

KYC & Loi PACTE : Ce qui va changer !

Le 18 juin 2018, Bruno le Maire, ministre de l’économie, a présenté au conseil des ministres le nouveau projet de loi « PACTE » (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises). Le texte peut être considéré comme une feuille de route pour la croissance et la transformation des entreprises en France. Ce projet de loi, avec plus de 70 propositions, vise à rendre les entreprises françaises plus compétitives et particulièrement au niveau des crypto-monnaies.  Lire la suite

Les bonnes pratiques du RGPD

Depuis le 25 mai dernier, la réglementation relative à l’exploitation des données (RGPD) a suscité de nombreux changements au sein des entreprises européennes. En effet, la CNIL a déployé un nouveau texte dictant les bonnes pratiques à adopter face à l’utilisation des données personnelles à caractère privé.

Ainsi, l’ensemble des professionnels européens sont désormais dans l’obligation de se conformer à ce nouveau cadre réglementaire, visant à renforcer les droits des personnes physiques de:

  • Disposer de leurs données (notamment les personnes mineures),
  • Sensibiliser et responsabiliser les responsables traitants de la data, en expliquant aux personnes physiques dans quelle mesure sont utilisées leurs informations personnelles,
  • Internationaliser les bonnes pratiques entre les pays européens, et ainsi déployer des actions communes et transverses.

Pour en savoir plus, c’est par ici !