intelligence artificielle

L’Intelligence Artificielle au service du secteur financier

L’intelligence artificielle (IA) est au coeur des préoccupations actuelles. Ses applications voient le jour depuis quelques années dans différents secteurs, tels que le E-commerce, l’automobile et dernièrement la santé.
Selon Gartner, 59% des Directions techniques des entreprises mondiales ont déjà lancé des investissements dans l’IA et le machine learning pour innover dans leurs offres et services. En 2023, les entreprises lanceront en moyenne 35 projets liés à ces technologies, principalement liés aux chatbots, à l’automatisation des tâches et à l’aide décisionnelle.

En effet, la puissance de calcul des machines est mise à profit pour automatiser et transformer des processus manuels ou fastidieux dans des algorithmes toujours plus innovants.

La croissance exponentielle des développements d’une telle technologie est corrélée au besoin de se différencier, de répondre aux besoins utilisateurs et à l’émergence de nouvelles réglementations, notamment dans le secteur financier. Ce dernier l’a d’ailleurs bien compris : l’IA représente un vecteur de croissance et d’innovation.

L’IA, QUELS AVANTAGES POUR LE KYC ?

Le paysage réglementaire du secteur financier s’est particulièrement complexifié ces dernières années avec l’entrée en vigueur de nouvelles obligations liées à la connaissance client ou KYC (Know Your Customer).
Ces changements ont également été une parfaite opportunité pour l’émergence des “Regtech”, ces entreprises qui mettent à profit leur technologie d’intelligence artificielle dont le machine learning (apprentissage des machines) au service du secteur financier.

Ces technologies vont être en mesure de reconnaître, extraire, agréger et exploiter les données d’un dossier complet d’une personne physique ou morale en quelques secondes et prédire des comportements ou capter les attentes d’un consommateur.

L’un des premiers avantages est le gain de temps opérationnel : la machine se charge des tâches chronophages et sans valeur ajoutée, comme la vérification manuelle des données clients à la place des équipes opérationnelles qui peuvent se concentrer pleinement sur la relation client.

La puissance de l’IA permet de traiter un grand nombre de données tout en étant disponible et réactive au profit de l’expérience utilisateur. Le parcours est désormais automatisé à chaque étape; dépôt de dossier, aide à la saisie, chatbot, notifications, reconnaissance faciale ou encore capture et contrôle de documents justificatifs.

Outre l’automatisation de processus chronophages, l’intelligence artificielle peut se substituer aux experts financiers pour analyser de façon précisément et en temps réel l’identité, l’historique bancaire, la situation professionnelle ou les revenus des clients dans le cadre de demandes de financement ou à l’ouverture d’un compte bancaire. Une aide précieuse pour les conseillers qui peuvent s’appuyer sur ces diagnostics pour prendre rapidement des décisions tout en minimisant les prises de risques.

Selon le cabinet Gartner, les principaux défis associés à la mise en œuvre de projets d’intelligence artificielle et d’apprentissage machine sont le manque de compétences qualifiées – cité par 56% des répondants de leur étude.

L’émergence des “Regtech” représente une réelle opportunité pour les institutions financières, qui n’ont pas toutes les ressources pour développer de telles technologies elles-mêmes et dont le flux de données à traiter est considérable face aux obligations réglementaires toujours plus strictes.

Un rapport récent le démontre, 2018 a été la plus grande année d’investissement dans les RegTech, avec des transactions attirant 4,5 milliards de dollars dans le monde et ayant plus que doublé en valeur au cours de l’année.

L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE, DES RÉTICENCES PERDURENT ?

Bien que les algorithmes soient puissants et entraînés à collecter et exploiter les données pour aider l’humain, une certaine réticence se fait ressentir face à cette technologie en France.
Une étude de Future Workplace pour Oracle démontre que seulement 8% des travailleurs français se disent enthousiasmés par l’IA.

Et pour cause, l’IA peut être associée à la robotisation des processus et à la désertification humaine.

Elle peut aussi être source d’erreur ou d’atteinte à la vie privée, comme le montre la polémique actuelle autour de la reconnaissance faciale.

Certaines associations comme la Quadrature du Net ou des autorités comme la CNIL française avaient même mis en garde dans une note contre les « risques d’atteintes aux libertés individuelles » et les difficultés liées à la protection des données personnelles.

Selon la loi « informatique et libertés » et le règlement européen sur la protection des données (dit « RGPD »), l’utilisation de la reconnaissance faciale est encadrée et doit être limitée aux cas exceptionnels, comme lorsque la personne est consentante ou en cas de « motif d’intérêt public important » à condition qu’il soit « proportionné à l’objectif poursuivi ».

Pour certaines activités, la reconnaissance faciale et le machine learning sont ainsi des outils, qui, complètent et décuplent les compétences humaines. Dans le secteur financier notamment, et lorsqu’on parle de connaissance client, ces technologies accélèrent les parcours et agissent comme outils d’aide à la prise de décision. Leur usage est transparent pour les utilisateurs (clients et entreprises) et n’atteint pas leur vie privée.

Alors que les innovations technologiques sont en plein essor, et l’intelligence artificielle en est l’une des stars, chaque secteur réagit différemment à sa présence.
Le secteur financier, alourdi par des obligations réglementaires complexes, profite de tous les avantages de l’intelligence artificielle pour les tâches opérationnelles du quotidien.
En effet, grâce à ses capacités à traiter un important nombre de données en temps réel et limiter les risques multiples du secteur, l’IA apporte automatisation et rapidité aux différents métiers ainsi qu’à l’utilisateur final.

A PROPOS DE NOUS

VIALINK met le meilleur de l’Intelligence Artificielle et du Machine Learning au service des secteurs Banque, Assurance, Immobilier pour les accompagner dans l’automatisation de leurs processus. Regtech des premières heures, VIALINK se positionne comme un acteur de référence de l’automatisation du contrôle documentaire des dossiers clients à l’entrée en relation.

En moins de 10 secondes, notre service permet de concilier automatisation du contrôle des justificatifs, lutte contre la fraude, conformité KYC et expérience client et ainsi d’assurer :

  • La minimisation des risques de non-conformité des dossiers client,
  • Des gains de productivité rapides,
  • L’optimisation des parcours clients

Comment redémarrer votre activité avec un parcours immobilier digital

Avec une évolution constante des transactions immobilières sur ces quatre dernières années (2016-2019) dont une croissance à deux chiffres sur la fin 2019, le secteur de l’immobilier était en plein boom. Court-circuité par la crise sanitaire, le secteur a dû mettre en pause la majeure partie de son activité pendant deux mois. Orienté expérience client, le secteur sait cependant rebondir et pourra tabler notamment sur l’émergence de nouveaux usages clients, plus connectés que jamais.

Les experts estiment que la reprise sera aussi rapide que l’arrêt ! Ce secteur, impacté de plein fouet, va-t-il profiter du digital pour reprendre l’activité sans perdre de temps ?

Lire la suite

15min pour ouvrir un compte bancaire conforme en agence : le défi relevé par la BRED

« Offrir à nos clients le meilleur de l’agence de proximité et de la banque digitale » Eric Montagne, Directeur Général adjoint

L’ouverture d’un compte bancaire est un processus initialement effectué en face à face, entre un agent et un futur client au sein de l’agence. Toute personne, physique ou morale, peut ouvrir un compte, à condition qu’elle dépose un dossier complet avec les pièces justificatives requises par la banque.

Lire la suite
Onboarding personnes morales

Onboarding personnes morales : KYC & parcours digitalisés

Lorsqu’une entreprise propose des services financiers, assurantiels ou encore immobiliers, la connaissance client lors de l’onboarding est primordiale pour prévenir les risques. Fraude, blanchiment d’argent ou financement d’activités terroristes sont autant de risques qui peuvent survenir sans qu’on les soupçonne. Pour protéger et accompagner les entreprises, différentes lois et obligations ont été mises en place en France et à l’international depuis plus de 30 ans. Elles évoluent constamment avec les nouvelles techniques de fraude toujours plus innovantes. Lire la suite

Top 10 KYC Tech Solution Providers

VIALINK reçoit la distinction « Top 10 KYC Tech Solution Providers – 2019 » de Capital Markets CIO Outlook.

En ce mois de septembre,  VIALINK s’est vu décerner le prix de « TOP 10 KYC TECH SOLUTION PROVIDERS – 2019 » par le magazine américain, Capital Markets CIO Outlook. Cette distinction a pour but de mettre en valeur les 10 entreprises leaders du marché des solutions logicielles KYC.  Lire la suite

Contrôle temps réel des clients

Comment le contrôle temps réel des clients transforme vos parcours et vos processus métiers ?

La connaissance client ou KYC (Know Your Customer) est devenue ces dernières années un enjeu stratégique afin de prévenir et repérer les opérations frauduleuses. L’autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) inflige par ailleurs régulièrement amendes, avertissements et blâmes : en 2017, 26 millions d’euros de sanctions ont ainsi été recensés (source AGEFI). Lire la suite

tendances à suivre dans la lutte anti-blanchiment

Quelles sont les tendances à suivre dans la lutte anti-blanchiment ?

Au fil du temps, la réglementation dans la lutte anti-blanchiment et financement du terrorisme (LCB-FT) ne cesse de se durcir. Ainsi, la conformité dans le secteur financier doit évoluer constamment pour répondre à ces exigences en pleine croissance. 

Trois tendances clés se sont dessinées ces derniers mois en matière de LCB-FT. Nous allons les décrypter ensemble ! Lire la suite

Blockchain & KYC | Webinar | 11 Avril 2018

La connaissance client représente un enjeu réel de nos jours. En imposant des règles de plus en plus strictes, la règlementation devient une contrainte pour de nombreuses entreprises. La mise en conformité KYC (Know Your Customer) est devenue un casse-tête pour beaucoup mais c’est sans compter sur le numérique !

Tous les jours, de nouvelles réglementations en matière de LCB-FT (Lutte Contre le Blanchiment et le Financement du Terrorisme), de lutte contre la fraude fiscale, ou contre l’usurpation d’identité, paraissent et pèsent de plus en plus lourdement sur les institutions financières.

Pour répondre à ces enjeux, certaines entreprises se tournent vers des leviers digitaux et en particulier la Blockchain. En effet, la technologie répond à de nombreuses préoccupations actuelles et offre efficacitéconformité et une expérience client optimale.

Retrouvez-nous à cette occasion pour échanger sur le KYC et la Blockchain, avec l’intervention de Pikcio, expert en matière de partage de l’identité numérique.

Ce sujet vous intéresse ? Inscrivez-vous vite

Informations Pratiques

Quand ? Jeudi 11 Avril

Horaire ? 10H30 à 11H15

Durée ? 45 mns